Ce sont parfois ces phrases là qui peuvent nous enfermer. Si nous les prenons au pied de la lettre et trop au sérieux. A la recherche de nos ressources intérieures, nous nous coupons de beaucoup de ressources extérieures.

Vous avez déjà probablement vécu l’expérience de ressentir un changement d’état interne lorsque vous êtes face à la mer, ou dans la nature ou même tout simplement dans votre jardin.

Et aussi comment le fait d’entrer dans certains lieux (une maison dans laquelle on ne se sent pas bien, un endroit en ville où on peut avoir une perception oppressante voire d’insécurité) influent sur notre curseur direction « malaise ».

 

Notre environnement influence grandement notre ressenti de mal-être ou au contraire de bien-être, voire de bonheur.

Certaines ambiances, certains environnements nous font immédiatement un effet boostant, nous redonnent le sourire et le moral.

On dit souvent que le bonheur vient de l’intérieur. Pourtant beaucoup d’éléments de notre environnement nous réjouissent et c’est sur ceux-ci que je vous propose de développer quelques lignes. J’y intègre aussi un exercice facilement transposable dans votre quotidien.

Et avant tout, une « Petite liste » toute simple de ce qui nous réjouit (bien que cela soit tout à fait personnel)… vous pouvez d’ailleurs la compléter, l’ajuster, si elle ne vous convient pas tout à fait.

 

Les sources du mieux-être

  • La lumière naturelle – si vous aviez le choix d’imaginer et de créer de A à Z votre lieu de travail, comment le concevriez-vous ? A votre avis quel est l’un des critères de choix principaux pour l’achat d’une maison ou d’un appartement : la lumière !

 

  • Les environnements, les ambiances personnalisés : sur une terrasse où l’on se sent bien, un « intérieur » que vous avez pris le temps d’aménager à votre goût et des objets qui vous rappellent des bons souvenirs (voyage, famille, amis…)

 

  • La nature et ses effets sur notre humeur  : c’est prouvé scientifiquement : les personnes qui passent un peu de temps régulièrement dans la nature sont moins stressées et plus heureuses. Par exemple, un cours d’eau peut nous calmer instantanément, regarder les étoiles une belle nuit claire d’été. J’organise d’ailleurs régulièrement des activités dans la nature car elle permet d’aborder différemment les situations. C’est l’exemple du Walk-Up.

 

  • Les autres qu’ils soient de la famille ou nos amis. Nous avons tous déjà aussi vécu comment le fait de croiser quelqu’un dans la rue qui sourit, qui a l’air heureux peut influencer positivement notre état.

 

  • Les animaux : ils peuvent calmer nos angoisses, apaiser nos émotions difficiles à vivre. Ils sont « toujours » présents et de façon inconditionnelle quelle que soit notre humeur !

 

  • Certaines étapes de la vie comment devenir parents, grands parents, décrocher le job de nos rêves, faire LE voyage de notre vie…

 

  • Les couleurs influencent aussi notre bien-être : un parapluie coloré par temps de pluie, des pivoines, des coquelicots… les couleurs viennent nous stimuler, nous donnent de l’énergie. Et vous quelle est votre couleur ?

 

Alors comment être plus attentif à notre environnement ?

Notre attention est souvent focalisée sur nos écrans. En ville, nous sommes soumis aux urgences et tout va vite !

Ce n’est pas l’idéal pour être attentif à ce qui nous entoure !

De plus la période de confinement que nous venons de vivre est venue « rétrécir » et atrophier notre environnement.

 

Un exercice que je vous propose pour développer votre attention à votre environnement « extérieur » et stimuler la joie, le bien-être, le bonheur.

 

Comment repérer les « choses » qui nous remplissent de joie ? A noter sur une période de quelques jours (15  jours serait idéal) dans un carnet.

 

  • Commencer par faire une liste de tout ce qui vous rend joyeux dans la vie – ne réfléchissez pas trop, allez-y de façon spontanée – l’objectif est de créer une très grande liste (20 éléments minimum). Laissez cette liste de « côté », vous la reprendrez dans deux semaines.

 

  • Puis, idéalement sur une période de 15 jours, identifier au fil de l’eau ce qui vous rend joyeux, heureux, ce qui vous inspire, ce qui vous détend, ce qui vous ressource.

 

  • Un autre angle de perception : votre intérieur, votre « chez vous » : comment vous sentez-vous lorsque vous y entrez ? Votre intérieur est-il un endroit qui vous ressource, dans lequel vous avez la possibilité d’avoir votre bulle même si vous y vivez à plusieurs ?
    C’est un exercice que je propose depuis plusieurs années dans les formations « gestion du stress » que j’anime en entreprises et un conseil que je propose lors des coaching individuels.

 

  • Au bout de la quinzaine de jours, regardez vos différentes listes :

 

1/ Y a t-il des éléments récurrents, ceux qui reviennent et qui sont des ressources pour vous.

2/ Peut-être avez-vous identifier également les éléments qui vous apaisent, vous ressourcent, vous rendent heureux… sans en avoir forcément conscience au quotidien… le meilleur est peut-être dans la simplicité n’est ce pas ?

3/ Faites en sorte de « reproduire » dans votre quotidien les sources de plaisir que vous avez identifiées et ainsi vous pouvez copier/coller, dupliquer et en profiter à l’infini !

4/ Et au cas (improbable) où vous n’auriez vraiment rien trouver, imaginez ce qui vous ferait plaisir, que pourriez-vous changer très facilement ?

 

Comme vous pouvez le constater, nombreuses sont les pistes « d’environnement extérieur » qui agissent sur notre humeur, sur notre bien-être physique et psychologique.

Share This