La question du sommeil est une question récurrente. En effet plus de la moitié des Français « dorment mal » et se plaignent de troubles du sommeil.

Le sommeil c’est un des piliers santé et beauté. Mal dormir affecte très rapidement certaines de nos capacité (récupération, guérison, qualité du système immunitaire, mémorisation, créativité, etc…)

Nous avons tous vécu des périodes « à problème » et pouvons constater à quel point notre sommeil peut en être affecté : du mal à s’endormir, sommeil fractionné, sentiment de se lever le matin sans s’être vraiment reposé.

 

Je vous laisse alors imaginer l’impact de la période de confinement que nous vivons actuellement.

Le confinement est vécu de façon très différente selon chacun (suis-je seul (e) ou en famille ; avec enfants ou pas ; à la campagne, en ville, puis-je sortir ou pas…).

 

Même pour les personnes qui vivent relativement bien cette période, le confinement peut quand même affecter notre sommeil et les troubles qui y sont associés.

 

Les causes principales sont :

  • la désynchronisation par rapport à nos rythmes « d’avant »,
  • les changements d’habitude qui y sont liés
  • le manque de lumière, de soleil
  • la perte de repères vis à vis du rythme jour et lumière soleil et nuit.

 

Lorsque l’on reste à la maison (télétravail ou pas), nous n’avons plus forcément les mêmes impératifs : se lever le matin pour partir travailler, s’occuper des enfants selon des horaires assez précis. Nous pouvons être tentés de faire « un peu de grasses matinées » et de regarder la télévision plus tard le soir. Tout cela c’est bien et peut nous donner le sentiment d’avoir prise sur notre emploi du temps « je peux m’organiser comme je veux ».

 

Ce que l’on mesure moins, ce sont les impacts parfois catastrophiques sur notre santé. Ces désynchronisations peuvent aller jusqu’à engendrer des risques dépressifs (cf : références de Patrick Lemoine – spécialiste des troubles du sommeil).

 

Comment prendre soin de son sommeil en cette période de confinement ?  Quelques pistes :

 

  • Le respect de l’horaire de lever du matin : la grasse matinée est (souvent) une mauvaise idée et il est de loin souhaitable de garder un horaire stable le matin comme si on allait partir travailler. Il est préférable « de jouer » sur l’horaire du soir. Cela veut dire que même si vous vous coucher tard, il reste important de respecter la régularité du matin. Si vous voulez augmenter votre durée de sommeil allez dormir plus tôt, plutôt que de vous lever tard.
    Cette règle fait toutefois exception pour les personnes qui souvent sont du soir. Ce sont ces personnes qui sont en manque de sommeil chronique, qui ne peuvent ni aller dormir tôt le soir et qui surtout ont beaucoup de mal à se lever le matin. Pour elles, c’est une occasion de réajuster sur leur « bon rythme ».
  • Le rythme de la journée : dans le mesure du possible favoriser un rythme de journée qui se calle sur le rythme lumière / nuit. Il est important de s’exposer à la lumière dès que l’on se lève (ouvrir les volets, pointer notre nez dehors ou même à la fenêtre) ; garder un rythme horaire des repas et en faire des rituels ; bouger et faire du sport (y compris en intérieur, il y a pour cela de nombreux supports) ; tamiser la lumière lorsqu’arrivent la pénombre et la nuit.
  • L’utilisation des écrans : C’est connu, les écrans sont néfastes pour notre santé. Mais il y a écrans et écrans. Les écrans à « lumière bleue » de nos téléphones, smartphones, tablettes sont tout à faits contre indiqués. Cela n’est pas le cas de la télévision avec un recul d’au minimum 2 mètres.

 

  • La chaleur est « l’ennemi » du sommeil : Erreur que de penser que le bain chaud nous détend et nous prépare à une bonne nuit. Nous chercherons tous les moyens d’abaisser notre température interne : douche ou bain plutôt « tiède chaud » que « très chaud » ; température et aération de la chambre (on peut aérer 5 mn avant d’aller dormir) ; éviter les repas trop lourds et trop tard (viande, alcool ne sont vraiment pas recommandés).

 

Vous pouvez également lire ou relire l’article : Bien dormir quand on est senior est essentiel – Le sommeil est réparateur… pour la beauté aussi   ! 

 

J’apporte maintenant « ma touche » phytothérapie. Intéressée depuis plusieurs années par la santé globale, je me suis formée aux huiles essentielles, à la philosophie de l’ayurvéda et à l’Hypnose Ericksonienne. Dans ces trois domaines, vous pouvez trouver des ressources pour une aide si vous avez actuellement quelques troubles du sommeil.

 

Dans les huiles essentielles *, je vais en privilégier deux : la Lavande et la Camomille Romaine.

L’huile essentielle de Lavande parce qu’elle apaise spontanément (peut être parce qu’elle nous transporte en voyage avec un parfum qui rappelle un peu les vacances dans le Sud !). Elle améliore à la fois la qualité et la durée du sommeil, elle diminue le sentiment d’anxiété. Elle est accessible en termes de tarif.

Pour l’huile essentielle de Camomille Romaine (c’est ma préférée pour les troubles du sommeil), elle est tout particulièrement indiquée contre l’angoisse, l’anxiété. Il suffit juste de la respirer pour ressentir l’apaisement et le lâcher prise immédiatement. Son inconvénient : le prix. En effet pour une huile essentielle répondant aux critères de qualité… c’est de l’ordre de 40 euros le mini flacon.

 

Dans un prochain, je développerai d’autres aspects pour réguler au mieux un  sommeil qualitatif, garant de notre bonne santé.

Share This