La marche est depuis toujours « le moyen » de se déplacement… sauf que nous devenons de plus en plus sédentaires. Or nous sommes faits pour le mouvement et donc pour marcher.

Outre tous les bénéfices qu’elle nous apporte en termes de santé physique et mentale, la marche permet de découvrir le monde « autrement » et de se découvrir.

A relire  » La marche action préventive par excellente pour bien vieillir « 

En effet, le rythme même de la marche ouvre à de nouvelles possibilités. Il y a une grande différence à se déplacer en voiture pour 10 km le pied sur l’accélérateur et de faire la même distance à pied. Le rythme est « comme ralenti » nous permettant de trouver la disponibilité qui nous fait cruellement défaut dans notre vie trépidante.

 

Marcher pour découvrir de nouveaux paysages 

 

Faites l’expérience d’une marche courte

dans un lieu que vous connaissez pour y « passer » régulièrement en voiture par exemple, ou si c’est en ville en transport. Prenez le temps de marcher à votre rythme, de lever les yeux, de mettre en éveil tous vos sens. Quels en sont les odeurs et les parfums, les bruits (de la nature ou de tout autre environnement dans lequel vous vous trouvez), prenez le temps de toucher les fleurs, les pierres.

 

Qu’avez-vous découvert de nouveau que vous ne connaissiez pas de ce lieu ?

 

J’apprécie ces moments, ils me ressourcent.

 

Il y a également l’expérience de la marche / voyage 

J’entends par là partir pour plusieurs jours à la découverte d’un nouvel endroit. Et là encore pourquoi pas à proximité de chez vous.

Une fois par an, je pars dans le désert Marocain pour une semaine de trek. C’est « ma semaine » de déconnexion / reconnexion à tous points de vue.

  • déconnexion avec mon rythme habituel, mes habitudes, tout le numérique utile pour travailler, transports et horaires divers qui ponctuent notre vie
  • connexion à la nature, à une autre culture, au temps des échanges.

 

C’est très particulier de partir ainsi et d’avancer au jour le jour sans but précis que de marcher. Le point d’arrivée est bien évidemment souvent identifié à l’avance ; mais au jour le jour c’est la découverte et le sentiment de fouler un sol, une terre où l’on ne reviendra pas. Car si l’on y revient… Ça ne sera forcément pas le même chemin.

 

« Marcher, c’est aller au bout de soi-même tout en allant au bout du monde » ; pour le soi : « Marcher, c’est être en vacances de soi-même. Un remède miraculeux à l’usage de tous ceux que lasse leur propre voix. » – Lanzmann, 

 

Marcher : une rencontre avec soi-même et les autres ?

 

Qu’est ce qui fait que j’aime (parfois malgré la difficulté) parcourir le monde en marchant alors que cela peut-être une épreuve mentale et physique ?

Depuis une trentaine d’années j’accumule un nombre de kilomètres assez impressionnants tant par les marches du quotidien en ville, à la campagne, que par les randonnées et les voyages.

Tout n’est pas toujours rose avec parfois l’envie de « planter » là mon matériel et de rentrer à la maison.

 

Alors qu’est ce qui fait que nous nous mettons en mouvement et choisissons la marche comme vecteur d’exploration ?

 

– Ressentir notre corps

Où en suis-je physiquement ? Vais-je avoir la force d’aller jusqu’au bout malgré cette petite douleur lancinante ?

En fait, cette « épreuve » me plait, voire même elle me stimule. C’est un rendez-vous avec moi-même qui me permet au fur et à mesure des années (bientôt soixante ans), de constater que de ce côté là j’ai encore beaucoup de belles années devant moi.

– Le besoin « de déséquilibre »

Savoir que le soir je ne rentre pas « à la maison » pour y retrouver mon univers connu et confortable, mes points de repère et mes habitudes.

C’est dans ce déséquilibre que j’apprends à mieux me connaître, à relativiser, à remettre les choses à leur juste place.
C’est quand tu as le juste nécessaire d’eau que tu mesures à quel point elle est précieuse (et pas quand tu prends tu douche chaude tous les matins).

Je « joue le jeu » de la déconnexion digitale lors de ces séjours et voyages à l’étranger. C’est incroyable comme sensation de vivre en adoptant un autre regard. Les situations, les problèmes qui nous accaparent dans notre quotidien prennent là une tout autre dimension. Rien n’est plus vraiment urgent. Où est l’important ?

Dans les moments difficiles (terrain ardu, franchissement de grandes dunes de sables, chaleur ou fatigue) je m’entends me dire « un pas après l’autre » comme un mantra qui me donne du courage et me fait avancer. Quel bonheur en arrivant à destination ! Cette expérience est apprenante et tout à fait transférable dans le quotidien. Pas de précipitation et un pas après l’autre… les choses se font.

– Vivre le temps autrement

La marche c’est aller à contre courant de notre rythme habituel. Elle est par définition l’acte de prendre le temps de mettre un pied devant l’autre, lâcher l’agenda pour vivre au rythme des pas. La marche favoriser le temps de l’introspection et nous ouvre à d’autres possibles. Ce rythme ralenti permet le questionnement, la clarification, la prise de distance, les bilans… en bref un recentrage sur soi.

– Des rencontres, des relations plus authentiques

Marcher c’est souvent partager, se soutenir, vivre des moments de plaisir mémorables, chanter ensemble. Marcher ça rapproche vraiment !

 

Je pars souvent en groupe (que j’aime organiser) ; des rencontres inattendues avec des personnes pourtant connues par ailleurs se révèlent. Et bien sûr aussi les surprises de rencontres avec des inconnus avec lesquels pourtant tout se passe comme si on se connaissait depuis toujours.

Il y a parfois une intimité très forte qui se créée avec ceux que l’on ne reverra peut-être jamais.

 

C’est une aventure à tous points de vue que de découvrir le monde à pieds et chaque aventure est une nouvelle aventure

 

Quelques questions pour terminer ?

 

  • Quels lieux (lointains ou à proximité de chez vous) avez-vous envie d’explorer en marchant ?
  • Qu’avez-vous appris de vous lors de votre dernière randonnée ou votre dernière « grande marche »
  • Quelle est la situation qui vous a permis de « vous dépasser » et qui pourrait vous servir d’ancrage dans les moments difficiles de votre vie ?
  • Quel est votre plus beau souvenir, celui qui pourrait vous servir d’ancrage pour vous sentir bien ?

 

Share This