L’alimentation est un des piliers pour une saine santé… et encore plus lorsque nous souhaitons bien vieillir et augmenter notre capital «  qualité de vie ».

Dire que notre relation avec la nourriture est complexe est un euphémisme, surtout lorsqu’il s’agit de perte de poids. Si c’était facile, il n’y aurait qu’à prendre rendez-vous chez un nutritionniste et comptabiliser notre alimentation en nombre de protéines, lipides et glucides et le tour serait « joué ».

 

Mais ça ne marche pas comme ça !

 

Une relations pacifiée avec l’alimentation ?

 

La réalité, comme nous le savons, est qu’il y a beaucoup de croyances, d’émotions, de dimensions psychologiques liées à l’alimentation. Peut-être est-ce le moment pour vous de prendre le temps pour comprendre ce qui se passe et augmenter les chances d’adoucir notre relation à l’alimentation ?

 

C’est en tout cas une piste intéressante à prendre en compte pour perdre du poids et se réconcilier avec son image et son corps. C’est bien plus probablement profitable à terme que de compter les nutriments.

 

Notre alimentation d’aujourd’hui est le fruit de notre histoire.

 

Dans notre enfance nous avons peut-être été récompensé par des tas de « petites choses sucrées », nous nous sommes réconforté par un petit gâteau, nous avions droit au dessert si nous finissions notre repas.  Ça vous parle ?

Ce ne sont que des exemples mais ils ont probablement été intégrés dans notre façon de penser et font ainsi partie de nous. Autrement dit la nourriture est devenue un moyen de se sentir heureux et/ ou d’être reconnu.

 

La nourriture est un outil d’ajustement.

 

D’un autre côté, la nourriture est souvent utilisée comme un outil d’adaptation qui permet de calmer les émotions inconfortables à vivre.

 

Si nous vivons des périodes et des situations stressantes avec de la pression, il se peut que nous nous tournions vers des aliments à haute teneur calorique (et souvent vides de vitamines et de bons nutriments).

Cela peut être des sodas, de l’alcool, le fameux chocolat, un gâteau, un « bon plat de pâtes » avec tout son accompagnement. C’est réconfortant et ça nous permet de nous sentir mieux … à court terme.

L’impact des aliments sucrés ? 

Ces aliments souvent sucrés ont un impact direct sur notre cerveau en augmentant votre taux de sérotonine et de dopamine. Pour rappel, ces deux neurotransmetteurs agissent sur notre système central et contribuent à réguler les émotions pour retrouver un équilibre intérieur.

Les recherches actuelles sur ces sujets sont intéressantes car elles démontrent que si nous avons une histoire et un vécu difficiles, le risque est vraiment présent d’utiliser la nourriture comme outil d’ajustement.

 

Il est difficile de classifier ce qu’est un vécu difficile. En effet, ces vécus peuvent être de nature différente et justement vécus de façon très particulièrement selon les personnes. Il peut s’agir de situations stressantes passées ou présentes, de notre niveau d’exigence trop élevé dans les situations professionnelles et personnelles, de la pression que nous nous mettons (tout seul) dans la vie en général.

 

Comment se poser les bonnes questions ?

 

Pour en savoir plus sur ce qui se passe avec nos envies et notre alimentation, commençons par par nous poser quelques bonnes questions dès lors que nous nous sentons comme attiré dans la direction de notre réfrigérateur ou de la boulangerie parce que peut-être avons-nous en réalité besoin d’autre chose.

 

  • Comment je me sens actuellement ?
    Demandez-vous si vous êtes fatigué, débordé, stressé, en colère, anxieux, vivant un sentiment de solitude ? Très souvent, nous avons envie de manger pour apaiser des ressentis.

  • Y a-t-il un souvenir d’enfance associé à la nourriture vers laquelle je suis attiré ? Est-ce un souvenir agréable ou pas ? C’est une bonne façon d’explorer et de peut–être trouver des pistes intéressantes.
  • Ai-je faim physiquement (c’est important de sentir ce qu’est la vraie faim) ou bien est-ce une façon d’adoucir le vécu de situations difficiles. Il y a tout un (re) apprentissage pour ressentir la faim et la satiété.
  • Lorsque je m’accorde une petite douceur sucrée, comment est-ce que je me sens ensuite ? et une heure après ? Est- ce la bonne piste pour apaiser ce que je vis actuellement ?
  • Ai-je envie de certains aliments plutôt que d’autres ? Pourquoi une pomme ne me calme pas autant que du chocolat ?

 

Ces questions je me les suis toutes posées car j’ai été concernée par ce sujet (qui d’ailleurs ne l’a pas été d’une façon ou d’une autre ?). Et vous ?

J’aime explorer ces questions avec mes clients parce qu’elles ouvrent des pistes bien plus intéressantes et systémiques au problème de l’alimentation que de simplement comptabiliser des nutriments.

 

Le perte de poids est l’une des questions récurrentes aujourd’hui et probablement liées à tout ce que nous impose les normes de notre société.

 

La voie que je propose est plutôt la voie de la santé et de la réconciliation avec son corps et peut importe si nous ne ressemblons pas aux canons de la beauté !

 

Qu’en pensez-vous ? C’est vraiment une question importante pour aborder le bien vieillir et la qualité de notre vie de façon paisible. Cette question nous concerne à tout âge.

 

Si donc vous en avez assez de tout ce qu’on peut nous raconter, je vous propose de venir me rejoindre dans un des ateliers que j’organise à l’automne 2019. Au programme plusieurs approches :

 

  • des informations sur l’alimentation pour revisiter nos habitudes et permettre de nouveaux ancrages (il ne s’agit pas de régimes)
  • la puissance de la créativité pour trouver des pistes nouvelles adaptées à soi,
  • l’hypnose Ericksonienne pour « lâcher » des modes de fonctionnement et trouver de nouvelles pistes… tout en douceur. Vous pouvez à ce sujet relire l’un de mes derniers articles sur l’hypnose et la perte de poids
  • le groupe avec toutes les idées et feed-back
  • et dans la formule « week-end » la mouvement et la danse pour incarner tout l’acquis de la démarches et des décisions prises.

 

Ces deux ateliers sont ouverts à tous (hommes et femmes) quel que soit l’âge. Ils se passent à Lyon et vous trouverez toutes les informations sur ce lien.
https://bouger-cest-changer.com/ateliers/perte-de-poids-hypnose-ericksonienne-creativite/

Share This